Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

La mésologie et la pensée des relations entre espace, temps et mouvement : des convergences

Résumé : Nous tentons ici d’articuler notre intelligence de la trilogie temps / espace / mouvement avec la discussion d’un certain nombre de concepts clés de la mésologie (milieu, mouvement, médiance, trajectivité, échelle, écoumène, milieu-temps, milieu-espace...). Dans notre compréhension, le temps n’existe pas. Le temps n’existe pas tout seul : il est abstrait à partir du monde dont il ne peut, en dernière analyse, être séparé. Tenter de comprendre le temps, c’est tenter de comprendre l’abstraction du temps, indissociable de l’espace et du mouvement. Cette approche nécessite un accompagnement épistémologique et l’utilisation de deux modes de rationalité à faire intervenir en composition l’un avec l’autre. Au mode standard, disjonctif, substantiel, fait de mots, nous devons ajouter un mode compréhensif, relationnel, fait d’images : pour aller plus vite au cœur de notre approche, nous faisons fonctionner ce second mode à l’aide de représentations diverses fournies par des artistes. De son côté la mésologie propose une critique de l’espace abstrait. C’est une science des rapports de l’humanité à un espace concret, propre à chacun, qu’on appelle le milieu ; par opposition à une localisation simplement géométrique dans un espace identique pour tous, que serait l’environnement. C’est plus généralement une science des relations, proposant une réflexion sur les impasses et difficultés dans lesquelles le paradigme de la pensée occidentale nous a conduits, en séparant le monde et la pensée. Celle-ci ne peut se dire en dehors de l’insertion de l’être vivant dans sa géographie palpable. On voit quels échos la mésologie éveille dans notre propre travail : critique de l’espace, pensée des relations. Nous montrons quelles résonances les concepts de cette discipline ont avec ceux qui sous-tendent notre recherche, renvoyant à tel ou tel domaine scientifique que nous relisons à la lumière de notre compréhension de l’espace et du temps (thermodynamique, électromagnétisme, mécanique quantique, relativité générale). Procédant à des correspondances entre des domaines éloignés, le risque est grand d’isoler les concepts de leur contexte ou de les prendre de façon superficielle. Du fait de notre état de débutant en mésologie, il faut donc voir ces propos comme un ensemble d’hypothèses, pistes de recherche, prétextes au dialogue. Nous voudrions en particulier montrer la présence constante du temps dans les relations spatiales que décrit la mésologie ; et plus généralement le caractère spatio-temporel de toute relation. Nous proposons que ceci puisse s’exprimer en utilisant, à la place de milieu seul, la dualité (milieu, récit) ; nous rajoutons à milieu, espace propre à chacun, récit, appréhension personnelle du temps, dans un sens un peu élargi par rapport à celui de Paul Ricoeur. Chacun des deux termes peut se transformer dans l’autre suivant les échelles spatio-temporelles envisagées.
Complete list of metadatas

Cited literature [19 references]  Display  Hide  Download

https://hal-emse.ccsd.cnrs.fr/emse-02952930
Contributor : Fatima Lillouch <>
Submitted on : Tuesday, September 29, 2020 - 5:13:22 PM
Last modification on : Friday, October 2, 2020 - 7:41:49 AM

File

B Guy Mesologiques 2016.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : emse-02952930, version 1

Citation

Bernard Guy. La mésologie et la pensée des relations entre espace, temps et mouvement : des convergences. Mésologiques - études des milieux, 2016. ⟨emse-02952930⟩

Share

Metrics

Record views

68

Files downloads

25