Le management de projet d'ingénierie par la responsabilité sociétale : La prédisposition au changement pour l'innovation

Résumé : Penser le développement durable (DD) en entreprise implique de réviser totalement les modes de pensée et de développer des stratégies basées sur une performance tridimensionnelle éco-nomique, sociale et environnementale (triple bottom line). Cette notion de performance tridimensionnelle dans l'entreprise a été très étudiée par les sciences de gestion et définie comme étant un outil de mesure de l'efficacité de l'entreprise (Kalika, 1995). Kalika définit la performance globale comme étant l'union de la performance économique, performance sociale, et organisationnelle, contrairement à ce que l'on se fait de l'idée de la mesure de la performance par le profit. Au même titre que Mintzberg, posons-nous la question suivante : " le profit est-il le but qui est maximisé par l'entreprise ?". Pour-quoi ne pas envisager d'autres buts ? (Mintzberg, 2003). La réponse est la création de valeur à court ou long terme et sa répartition entre les différentes parties prenantes. L'idée de concevoir une nouvelle approche de la gestion de l'entreprise décentrée de la notion de profit immédiat, nous amène à réfléchir à une autre dimension de la performance. Celle d'une performance liée au projet et donc à la gestion de projet au sens large. C'est à ce titre que nous posons la question suivante : la conduite d'un projet pour un donneur d'ordre par le développement durable et non pas seulement pour le développement durable est- elle envisa-geable ? Afin de pouvoir répondre à cette question, nous construisons notre travail de recherche autour de la profession d'ingénierie. L'ingénierie est un métier technique qui est portée par des en-treprises spécialisées que l'on nomme communément des cabinets d'ingénierie. Ceux-ci en tant que maître d'oeuvre (MO) sont des spécialistes de la gestion et du management de projet. Le MO se positionne en prestataire de services pour apporter les réponses techniques, mana-gériales mais aussi financières à un ou plusieurs projets de construction, d'amélioration de procédés ou d'aide à la décision d'investissement. L'expérience et la littérature nous prouve cependant qu'à ce jour aucune société d'ingénierie n'a fait évoluer son métier vers le développement durable. En effet les quelques actions recen-sées à travers notamment le Syntec (convention collective de l'ingénierie), sont assez locali-sées et concernent bien plus l'organisation d'ingénierie en tant que telle, que le métier du ma-nagement de projet d'ingénierie. C'est pourquoi dans le cadre de notre étude on se propose d'apporter une réponse au dévelop-pement durable non seulement dans l'organisation d'ingénierie mais aussi jusqu'au coeur de son métier qui est le management et la gestion de projet.
Type de document :
Communication dans un congrès
Développement Durable et Responsabilité Sociétale des Entreprises : indicateurs et stratégies, Apr 2011, Maroc. 2011
Liste complète des métadonnées

https://hal-emse.ccsd.cnrs.fr/emse-00587889
Contributeur : Florent Breuil <>
Soumis le : jeudi 21 avril 2011 - 16:07:04
Dernière modification le : lundi 28 septembre 2015 - 14:01:02

Identifiants

  • HAL Id : emse-00587889, version 1

Citation

Christian Brodhag, Azedine Tahiri. Le management de projet d'ingénierie par la responsabilité sociétale : La prédisposition au changement pour l'innovation. Développement Durable et Responsabilité Sociétale des Entreprises : indicateurs et stratégies, Apr 2011, Maroc. 2011. 〈emse-00587889〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

61